Arthur-Luiz PIZA (1928-2017)

Lot 2
15 000 - 20 000 EUR

Arthur-Luiz PIZA (1928-2017)

SANS TITRE, CIRCA 1960
Technique mixte sur toile
Signée en bas à droite
34,5 x 26 cm - 13.58 x 10.23 in.

Mixed media on canvas
Signed lower right

Provenance
- Acquis directement auprès de l'artiste par l'actuel propriétaire
Un duplicata du certificat de l'artiste, l'original comprenant plusieurs oeuvres, pourra être remis à l'acquéreur

Arthur-Luiz PIZA
SANS TITRE, CIRCA 1960

« Une synthèse du conflit qui oppose l’informel au constructivisme commence à prendre forme dans l’œuvre de Piza à partir de 1957. Synthèse, sans aucun doute étrange et déroutante, voire imperceptible pour qui soumet le jugement esthétique aux doctrines établies a priori. Si ses œuvres conservent jusqu’à aujourd’hui la mémoire de cette phase de son travail, c’est dans les reliefs qu’une nouvelle poétique acquiert son autonomie en conjuguant de façon harmonieuse liberté et exigence d’ordre. […] Le premier relief, une œuvre à dimensions réduites, naît à la suite d’un accident. Piza rejette une aquarelle, la découpe et colle les fragments les uns sur les autres. Commence alors une aventure esthétique aux dimensions nouvelles dans l’œuvre de l’artiste.
Les reliefs, qui s’étendent de 1958 jusqu’à la fin des années 60, représentent des aires composées de petites mosaïques sur des superficies aux couleurs terre ou cendre, qui se distinguent par une forte présence de matières tels le sable, le papier de verre ou le bois, préoccupation que l’on retrouve également chez d’autres artistes de l’époque. Plus rarement, Piza explore des chromatismes plus intenses à travers l’utilisation de tons rouges. L’artiste nous parle du relief comme d’une peau et nous raconte, aussi, son admiration pour les mosaïques byzantines de Ravenne. L’image organique est légitime, car si les associations suscitées par ces œuvres sont fatalement arbitraires, l’observateur ne saurait éviter de songer, dans plusieurs reliefs, au survol de petits bourgs aux minuscules maisons adossées, à l’instar des vues aériennes de petites villes. Relief et peinture se conjuguent dans une opposition productive, toujours perceptible dans le jeu d’irrégularités discrètes. D’autres reliefs comportent des formes géométriques en demi-cercles, formes ovoïdes en expansion. Encore fallait-il faire jaillir les distances et l’espace dans nos yeux. Cela se produira dans les reliefs métalliques sur tapis de sisal, invention technique entièrement subordonnée aux exigences formelles (…)
Ces reliefs sont le fruit d’une des dernières utopies du XXè siècle occidental : l’idéal d’un art universel, qui appartient à l’histoire du monde de la science et de la technologie. Mais ces signes que nous avons sous les yeux ne sont pas des êtres solitaires issus du monde des idées ; ils naissent d’emblée comme une petite foule en partageant le même territoire. On pourrait aisément les grouper par famille ou par clan (…). Ces ordres et classes, qui confèrent un caractère personnel à la géométrie délicate de Arthur Piza, se profilent lorsque le regard cartésien s’arrête, artificiellement, sur l’analyse des détails. »
(Duarte Paulo Sergio, Liberté construite : Arthur Luiz Piza, Caravelle, n°80, 2003. Arts d’Amérique latine : marges et traverses, pages 98 à 102)
 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats