PAUL GAUGUIN (1848-1903)

Lot 26
15 000 - 20 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

PAUL GAUGUIN (1848-1903)


ETUDE POUR ‘TE FARE HYMENEE'
AU VERSO ETUDES DE CHIENS, CIRCA 1891
Crayon graphite, mine de plomb et aquarelle sur papier (Provenant du feuillet 80 du Carnet de Tahiti) 10.7 x 16.5 cm-3.9 x 3.2 in.
Graphite pencil, lead pencil and watercolour on paper
Provenance:
-Ancienne collection Jean Schlumberger
-Galerie Edouard Ambroselli, Paris. Acquise auprès de celui-ci par le propriétaire actuel.
Bibliographie:
-Paul Gauguin, Carnet de Tahiti par Bernard Dorival, Vol.I, Quatre Chemins, Editart, Paris, 1954. OEuvre référencée p24, 28, 32, 38 et reproduit dans le volume 2 sous le n° 80 de l'ouvrage.
Cette feuille fait partie d'un carnet (joint à ce lot) réalisé par Paul Gauguin lors de son premier voyage à Tahiti en 1891. L'ensemble du carnet, avant d'être découpé, a été reproduit en facsimilé en 1954 par Bernard Dorival, ancien conservateur au Musée National d'Art Moderne, dans un ouvrage en deux volumes connu sous le nom de Carnet de Tahiti.
PAUL GAUGUIN (1848-1903)
ETUDE POUR ‘TE FARE HYMENEE'
AU VERSO ETUDES DE CHIENS, CIRCA 1891
Mes voisins sont devenus pour moi des amis. Je m'habille, je mange comme eux. Quand je ne travaille pas, je partage leur vie d'indolence et de joie, traversée de brusques passages de gravité.
Le soir, au pied des buissons touffus que domine la tête échevelée des cocotiers, on se réunit par groupes où se mêlent les hommes et les femmes, les vieillards et les enfants. Les uns sont de Tahiti, les autres, des Tongas, d'autres encore, des Marquises. Les tons mats de leurs corps font une belle harmonie avec le velours des feuillages, et de leurs poitrines cuivrées sortent de vibrantes mélodies qui s'atténuent en s'y heurtant aux troncs rugueux des cocotiers. Ce sont les chants tahitiens, les iménés.
Une femme commence: sa voix s'élève, comme un vol d'oiseau, et de la première note atteint aux cimes de la gamme, puis, par de fortes modulations, s'abaisse et remonte et définitivement plane, tandis qu'autour de celle-ci les voix des autres femmes à leur tour s'envolent, pour ainsi dire, et la suivent, et l'accompagnent, fidèlement. Enfin, tous les hommes par un cri guttural et barbare, un seul, terminent en accord dans la tonique.
Quelquefois, pour chanter et pour causer, on s'assemble dans une sorte de case commune. On débute alors par une prière ; un vieillard la récite d'abord, consciencieusement, et toute l'assistance la reprend en refrain. Puis on chante, ou bien on conte des histoires pour rire. Le thème de ces récits est très tenu, presque insaisissable; ce sont les détails brodés sur cette trame, subtile par sa naïveté-même, qui amusent.
Plus rarement, on disserte sur des questions sérieuses, on fait des propositions sages.
«Le Conteur parle», in Noa Noa, Paul Gauguin et Charles Morice, Edition de la Plume, Paris, 1901, p.77
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats