FELIX ZIEM (1821-1911)

Lot 5
8 000 - 12 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 11 050 €

FELIX ZIEM (1821-1911)


VUE DES MARTIGUES
Huile sur toile Signée en bas à gauche 54,5 x 85 cm-21.2 x 33.4 in.
Signed lower left, oil on canvas
Provenance:
-Collection particulière, Paris
Bibliographie:
-Pierre Miquel, Felix Ziem: 1821-191, supplément du catalogue raisonné, volume II, Editions de la Martinelle, Maurs-la-Jolie, 1978.
Oeuvre reproduite et mentionnée sous le numéro 1041D en page 159 de l'ouvrage.
FELIX ZIEM (1821-1911)
VUE DES MARTIGUES Dans la peinture de Ziem, il n'y a pas de corps fictionnel, religieux, théologique ou légendaire. Il n'y a pas de signification particulière ou de principe symbolique arrêté. Il n'y a pas de portraits, mais des situations, une météorologie traitée en touches nerveuses. Serpentins et taches suggèrent plus qu'ils ne décrivent la forme.
«M. Ziem, autre enchanteur de la même école [Isabey], s'affranchit absolument des ennuis du destin. Ses personnages ne sont que des échantillons des plus belles couleurs; ils n'ont ni forme, ni tournure, ni mouvement; leur rôle consiste à faire de jolies taches dans le tableau. Entre un tableau de M. Isabey et un tableau de M. Ziem, la différence est à peu près la même qu'entre un beau damas de soie et une belle étoffe de gaze. Chez M. Ziem, la mer est une gaze verte, aussi fine et aussi transparente que le voile d'une touriste anglaise; les navires sont de gaze sans excepté le mât et le gouvernail; les constructions sont une gaze imperceptiblement amidonnée et soutenue par quelques fils de fer; les hommes et les femmes sont de délicieux chiffons qu'un souffle de vent fait trembloter. L'esprit n'a jamais rien conçu de plus léger, les yeux n'ont jamais rien vu de plus brillant, mais on craint toujours une goutte de pluie qui viendrait tout abattre, ou une bouffée d'air qui viendrait tout emporter» (Edmond About, Voyage à travers l'Exposition des Beaux-Arts, Paris, 1855).
La rive sur laquelle Ziem se pose fait ressortir un intérêt dominant pour les marines. Il privilégie les vues d'ensemble au détriment du détail. Il affectionne les grandes étendues d'un calme.
(...)
Le paysage est avant tout maritime. Il va plus loin que la terre. Chaque morceau de ciel y est attrapé et tendu au scalpel, puis projeté dans l'eau. «C'est alors que je formai ce grand projet de créer une marine méridionale, entre Claude Lorrain et Rembrandt» (Ziem, Notes autobiographiques, Paris, Bibliothèque Jacques Doucet).
Frédérique Verlinden, Gérard Fabre, Luca Marchetti, La traversée d'un siècle, Felix Ziem, 1821-1911, Musée Ziem, Martigues,2001, p. 14-15; p.22
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats